Un Dessert à ne pas manquer

 

 

-          Est-ce qu’on pourrait faire autre chose que « ça », mia ? demanda en haletant Chiroru sous les caresses de son maître.

-          Pourquoi ? Tu n’aimes pas ? voulut savoir Susumu en parcourant de sa langue la gorge délicate du chaton.

-          Non, ce n’est pas ç… Ah, miaaa !

 

Une sorte de mi-gémissement, mi-hurlement avait franchi les lèvres de Chiroru, rendues humides par sa salive mêlée à celle de Susumu, et eut un effet immédiat sur ce dernier. En effet, bien que ses parties cachées aient déjà été fortement émoustillées par ce qui venait de se passer ces dix dernières minutes, ce cri rempli d’innocence et d’excitation contenue lui sembla être un appel lui étant destiné. Il continua donc de descendre plus bas encore, puis remonta soudainement et souffla doucement sur les oreilles de chat du garçon, qui gémit de plus belle.

 

-          Non, pas les oreilles…

-          Tu me l’as déjà dit, ça, Chiroru…

-           

Susumu s’arrêta un instant afin de contempler le spectacle plus qu’alléchant qui se tenait devant ses yeux : Chiroru était à moitié debout devant lui, se cramponnant à ses épaules en respirant avec difficulté, sa peau douce et duveteuse recouverte d’une fine couche de sueur qui la rendait plus brillante et appétissante encore. Il allait s’attaquer à un des bourgeons roses qui écloraient dans une réminiscence de couleurs chaudes sur la poitrine enfantine du chaton, lorsque ses yeux s’arrêtèrent brusquement sur l’horloge suspendue au mur opposé.

 

-          Déjà ?!

-          Miaaa…

-          Désolé, Chiroru, il faut que j’aille faire les courses, sinon nous n’aurons que des fruits à manger ce soir…

-          Mia ?

 

Chiroru pencha la tête sur le côté, et ses adorables oreilles suivirent le mouvement, tandis que ses yeux immenses s’écarquillaient un peu plus, et qu’une expression plus candide encore qu’à l’accoutumée apparaissait sur son visage félin. Susumu se sentit brusquement développer une haine féroce contre son épicier qui fermait son magasin si tôt. « Il ne pourrait pas le laisser ouvert plus longtemps ? Il sait qu’on n’a pas d’autre choix que d’aller chez lui simplement parce qu’il n’y a pas de convini dans les environs ! » fulmina-t-il intérieurement tout en s’imaginant en pleine séance de boxe avec ledit épicier.

Il se retourna vers Chiroru qui ne l’avait toujours pas lâché des yeux, ses yeux qui étaient d’ailleurs remplis de questions, à présent. « Pourquoi est-ce que de la fumée sort de sa tête ? »

Susumu se sentit à nouveau faiblir et se demanda même si c’était si grave que cela de ne manger que des fruits au dîner… Pensée dans laquelle s’introduisit avec insistance l’image de Chiroru gémissant. « Bah ! Nous continuerons plus tard » tenta-t-il de se rassurer. Mais le problème était que dès qu’il posait les yeux sur le garçon, il se sentait simplement vidé de ses forces (du moins pour aller faire des courses…).

Plongé ainsi dans ses réflexions, il ne vit ni ne sentit Chiroru s’approcher de lui, avant que celui-ci ne pose sa tête sur l’épaule de son maître.

 

-          Aaaaaah !

-          Miaaaaaaa !

-          CHIRORU NE ME TOUCHE PAS !

 

Susumu se précipita sur son sac, attrapa ses clés au passage tout en renversant après tout ce qui se trouvait sur son passage, sortit de l’appartement en claquant la porte, dégringola les escaliers et se précipita dehors. Là, il s’affala contre un mur et respira profondément. « Le plus dur est fait. Maintenant, je n’ai plus qu’à penser qu’en rentrant, je retrouverai Chiroru ». Cette pensée le ragaillardit et il s’éloigna en sifflant et faisant des pas chassés sous les regards éberlués des passants.

Pendant ce temps, Chiroru se demandait anxieusement ce qu’il avait bien pu faire pour Susumu-san le repousse ainsi. Aussi eut-il une idée afin de se faire pardonner de son crime inexistant… « Je vais faire un gâteau avec les fruits qui restent ! Ce sera le dessert pour ce soir, mia ! »

Il bondit sur ses pattes et ouvrit les placards et autres armoires avec grand fracas, sortant tout ce qui pouvait lui être utile. Quinze minutes plus tard, il avait tout réuni et commença à faire la pâte. Il avait décidé de préparer un gâteau aux fruits rouges, car il lui semblait se rappeler que Susumu-san aimait cela. Le soin et la maladresse avec lesquels il travaillait étaient adorables ; Dieu bénit l’ange qui avait fait en sorte que Susumu ne voie pas cette scène, car il savait que Chiroru ne s’en serait pas sorti vivant.

Arriva le moment où il devait confectionner la purée de fruits avec laquelle il fourrerait le gâteau : il prit tous les fruits rouges qu’il avait trouvés, et les tassa dans le mixeur qu’il mit en marche. Une fois mixés, il voulut sortir les fruits, mais lorsqu’il enleva le couvercle, de la purée de fruits atterrit sur son visage qui se retrouva en clin d’oeil maculé d’une substance épaisse et sucrée.

Une fois le gâteau prêt, Chiroru voulut disposer dessus les fruits restants, pour la décoration. En voulant mettre une fraise en haut du gâteau, il manqua de peu tomber dessus, et même s’il l’évita, son torse se retrouva de la même couleur que le tour de sa bouche. « Mia ! Ma queue aussi a trempé dedans… Et Susumu-san va bientôt rentrer. »

À peine avait-il pensé cela qu’un bruit de clé se fit entendre dans la serrure, et Chiroru entendit Susumu-san les déposer sur le meuble de l’entrée, ainsi que le bruissement caractéristique des sacs en plastique qui indiquait qu’il avait effectivement été faire les courses.

Sans même attendre que son maître dépose les provisions, dès que celui-ci passa la tête dans l’entrebâillement de la porte de la cuisine, il lui sauta littéralement dessus en hurlant :

 

-          Surprise !

-          Ah… ? Qu’est-ce que c’est ce truc rose ?

 

Un des sacs gisait désormais à terre, complètement écrasé par la tête de Susumu, cloué au sol par Chiroru qui se frottait contre lui en ronronnant. Une expression de pure terreur apparut sur le visage de Susumu en voyant la purée de fruits qui recouvrait Chiroru, et il le prit par les épaules en le secouant presque.

 

-          Qu… Tu ne t’es pas fait mal ? Ce n’est pas du sang, hein ?!

 

Chiroru se recula et ferma à demi les yeux, agrippant son grelot et redressant les oreilles, un air à présent à la fois heureux et timide sur le visage.

 

-          J’ai fait un gâteau… Mia !

 

Il se décala afin de laisser Susumu voir l’énorme pâtisserie posée sur la table, lequel afficha une expression tellement ahurie à tel point que Chiroru crut que quelque chose n’allait pas.

 

-          Il ne te plaît pas ? C’est un gâteau aux fruits rouges… Je l’ai appelé « Rêve Fruité »…

 

Et ce fut bien la dernière chose à laquelle Chiroru s’attendait lorsque Susumu lui sauta au cou en l’étreignant de toutes ses forces et en hurlant si fort que tout l’immeuble dût l’entendre :

 

-          JE PREFÈRE DEFINITIVEMENT TE MANGER TOI !!!

-          MIAA ?

 

 

END

 

 

OS écrite par Cinny pour le concours de Rêve Fruite sur le thème des fruits.

Bon appétit ^^